LJ Scope - Le service d'information online de l'agence LJ

Pourquoi LJ Scope ?

LJ Scope est le service d’information online de l’agence LJ Com. Dans un contexte de santé complexe et chahuté, il était important pour nous de créer une plate-forme web d’information et d’entraide qui s’appuie sur nos 15 ans d’expérience.
Journalistes et blogueurs, patients et professionnels de santé, experts et grand public… Chacun peut venir ici chercher l’information qui l’intéresse et la partager.

Autres actu

  • Kidimiam, un nouveau site d’aide à la nutrition des tout-petits De 4 mois jusqu’à 4 ans : quels aliments proposer ?

    Consulter
  • Les enfants de la cohorte Elfe ont 3 ans et demi : Première rencontre avec l’enfant, premiers résultats !

    Consulter
  • L’AFLAR renforce son dispositif d’information sur l’ostéoporose qui touche 1 femme sur 3 en France

    Consulter
Accéder à plus d'actualités

Diabète de type 2 et risque génétique : du nouveau dans la prévention

Paris, le 9 mai 2012 • Afin d’améliorer la prévention du diabète de type 2, le CERITD (Centre d’Etudes et de Recherches pour l’Intensification du Traitement du Diabète) lance son programme Descendance. Pour cela elle recherche 500 familles diabétiques sur deux générations.


Le diabète de type 2 est en augmentation rapide en France et touche aujourd'hui plus de 2,5 millions
de personnes

Si nous disposons aujourd’hui, face à l’« épidémie » de diabète de traitements performants, d’importants progrès restent à accomplir en matière de prévention. L’enjeu, à présent, est d’intervenir le plus tôt possible chez des sujets à risques et ce grâce à la mise au point d’outils diagnostic génétique qui permettront d’évaluer le risque d’un enfant ou d’une jeune personne ayant un parent diabétique (mère, père, sœur, frère) de développer un jour la maladie. Un espoir face à cet « héritage » pour lequel se mobilisent aujourd’hui de nombreux acteurs, avec le lancement du Programme Descendance, projet à l’initiative du CERITD (Centre d’Etudes et de Recherches pour l’Intensification du Traitement du Diabète).

500 familles doivent se porter volontaires pour valider cet outil en contactant le :


60 % du risque de diabète est d’origine génétique

Le diabète de type 2 est en augmentation rapide en France et touche aujourd’hui plus de 2,5 millions de personnes (près de 4 % de la population adulte, et 92 % des diabétiques). La prévention est la clé de ce grave problème de santé publique, mais le diabète de type 2 est une maladie « avant tout familiale, explique le Dr Guillaume Charpentier, président du CERITD. Ainsi tout le monde peut prendre du poids mais seules les personnes issues de familles diabétiques et qui ont le patrimoine génétique vont développer un diabète. »

Selon le consensus scientifique actuel « 60 % du risque de diabète est d’origine génétique », explique le Pr Philippe Froguel, diabétologue et généticien (Institut Pasteur de Lille). En comparant notamment des jumeaux évoluant dans le même environnement, l’influence de la génétique a pu être quantifiée, mais il existe plusieurs formes génétiques du diabète, qui impliquent un ou plusieurs gènes. En outre, « la génétique peut permettre de mieux identifier la cause d’une maladie et d’adapter les traitements à chaque individu, poursuit le Pr Froguel. Ce type de médecine personnalisée est déjà très développé dans le cancer. »

Identifier le risque chez les patients prédisposés : enfants de diabétiques

En matière de prévention, il faut intervenir « auprès de jeunes gens ou d’enfants dont l’organisme est encore intact », reprend le Dr Charpentier. Et « compte tenu du mode de transmission familial du diabète de type 2, l’attention doit être portée sur les sujets hautement prédisposés, qui sont à rechercher parmi les enfants de parents eux-mêmes atteints de diabète de type 2. » En effet, environ un tiers de ces enfants deviendra diabétique à l’âge adulte.

Lesquels parmi ceux-là sont les plus à risque ? C’est précisément pour répondre à cette question que le CERITD a mis au point le programme Descendance. Les éléments de « prédiction » reposent sur trois items « mis en équation », explique le Dr Charpentier : « Les habitudes familiales en termes d’alimentation et d’activité physique ; la maman a-t-elle fait un diabète au cours de sa grossesse (auquel cas le risque est multiplié par trois) ? ; et enfin la connaissance des gènes à risque chez les deux parents. Cette équation permettra de calculer le risque que l’enfant a de devenir diabétique dans 30 ans. »

500 familles pour valider l’outil d’évaluation

Le programme Descendance doit permettre de recruter des personnes diabétiques de type 2, dont au moins un parent diabétique est encore en vie, et dont un frère ou une sœur âgé de plus de 35 ans est non-diabétique. L’étude a besoin de 500 familles dotées de ce profil pour pouvoir réaliser des comparaisons statistiques fiables entre les profils génétiques des deux enfants, l’un ayant le diabète et l’autre non.

Le Conseil National de l’Ordre des Médecins est partenaire du programme Descendance. Son vice-président le Dr Jacques Lucas rappelle le rôle du médecin de famille : « Avec le diabète, la notion de médecin de famille prend tout son sens puisque nous sommes dans la prévention générationnelle. Le médecin qui connaît des patients diabétiques à un moment donné de leur histoire doit appeler leur attention sur le fait que des attitudes préventives peuvent être mises en place très rapidement, et qui pourront agir sur leur descendance. Il faut donc les inciter à avoir un rôle proactif dont ils ne mesureront pas les résultats concrets dans l’immédiat. » Il est en effet établi que des mesures préventives permettent de retarder l’apparition de la maladie ou de ralentir son évolution. Un bénéfice dont profitent le patient lui-même et sa descendance.

Pour les mêmes raisons, l’Association Française des Diabétiques soutient également la démarche du CERITD et le programme Descendance, comme l’explique son président Gérard Raymond : « Notre volonté est d’aider la recherche sur les diabètes et de contribuer à l’évolution des connaissances. La démarche du CERITD est pertinente et intéressante parce que sur le terrain, nous rencontrons en effet beaucoup de diabétiques de type 2 qui nous disent qu’un de leur parent souffre aussi de cette maladie. Il est donc important de travailler sur les problématiques d’hérédité dans le diabète. »

En corollaire, l’AFD souhaite que l’on cesse de stigmatiser et culpabiliser les patients en associant le diabète aux mauvais comportements alimentaires. Il y ainsi convergence « entre le message scientifique du CERITD et le message profane de l’AFD », observe Gérard Raymond.

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Accès espace médias

Email :
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?   Devenir membre
RECEVOIR NOS INFORMATIONS

Partager cet article

Votre identité
Votre email
Email du destinataire
Veuillez remplir tous les champs.

Inscription pour les informations

Je souhaite recevoir les actualités de la part de LJ Scope.
Remplissez les champs ci-dessous puis validez. Vous recevrez un email pour confirmer votre inscription.

Civilité :
Votre nom :
Votre prénom :
Votre adresse mail :
Veuillez remplir tous les champs.